NOS ACTIONS

Solidarité internationale au Togo

ACTIONS AU TOGO

Exemple de la mission 2019

Nous étions 10 étudiants en 2ème et 3ème année de médecine à partir en mission au Togo cet été, accompagnés par 2 étudiants en kinésithérapie ainsi que 2 étudiantes infirmières.

Nous nous sommes divisés en deux groupes de 7 pour des missions de 3 semaines chacune. Le déroulement de chaque mission était sensiblement le même, mis à part la localisation du village dans lequel nous nous installions ainsi que le projet chirurgie, réalisé uniquement lors de la deuxième mission.

• La première mission a eu lieu du 19 juillet au 10 août dans le village de Doumé-Agabè (à environ 8h de Lomé en bus).

.

• La deuxième mission s’est déroulée au sud-est du pays, dans le village de Kpétchehoé du 7 au 28 août (à environ 4h de Lomé en bus).

.

.

Avant le départ dans les villages, nous sommes restés 3 jours à Lomé (la capitale) afin d’acheter les médicaments, le matériel médical et les vivres nécessaires à la mission.

.

.

Une fois arrivés, nous nous sommes installés dans l’école du village où nous avons mis en place :

• Un dortoir,

• Un espace cuisine,

• Un dispensaire avec un poste de prise de constantes3 à 5 postes de consultations avec un lit d’examen physique, un poste d’ophtalmologie, une infirmerie, une pharmacie et un laboratoire (permettant de faire différentes analyses comme des tests de diagnostic du paludisme).

.

.

Voici le déroulement d’une journée type pendant la mission :

Réveil à 5h/5h30

Prévention à 7h sur la place du village

Différents thèmes sont choisis par rapport aux pathologies les plus fréquentes de la population cible. Chaque jour, entre 100 et 500 personnes assistaient à nos présentations. Cette année nous avons présenté le mal de dos, le paludisme, le VIH/SIDA, les maladies liées à l’hygiène et à l’eau, l’hypertension artérielle, le diabète, la scolarisation de la jeune fille, l’exode rural, la surdité chez l’enfant et les médicaments de la rue.

.

Nous donnons des moyens de lutter contre ces phénomènes. Nous avons procédé à une distribution de préservatifs dans le cadre de la prévention VIH/SIDA, montré des étirements simples à réaliser lorsque nous avons parlé du thème du mal de dos, et fait une démonstration du lavage des mains optimal dans le but de lutter contre les maladies liées à l’hygiène.

.

• 8h : début des consultations jusqu’à 14h/16h

Pendant la mission, les membres de la délégation française ont alterné différents rôles. Nous avons mis en place un cycle avec 2 jours en consultations, 1 jour à la pharmacie, 1 jour au laboratoire et 1 jour à la prise des constantes (tensions artérielle, température, poids etc…). Ainsi, nous avons eu une vue d’ensemble des différents postes. Nous avons travaillé en binôme franco-togolais pour chacune des tâches, permettant une meilleure communication avec les patients qui ne parlaient que le dialecte local. Aussi, nous en tirons un réel enrichissement personnel à propos des maladies tropicales, peu rencontrées en France. Nous tenons des registres de pathologies, nous permettant d’établir des statistiques utiles lors de la reprise du projet.

En tout, nous avons réalisé plus de 2000 consultations. Les cas les plus fréquents que nous avons rencontré sont le mal de dos, le paludisme, l’hypertension artérielle, les parasitoses digestives et les dermatoses.

• Après-midi : formation groupe relais, jeux avec les enfants, découverte de la culture togolaise…

Le groupe relais, constitué d’adultes volontaires maîtrisant le français, suivait une formation approfondie dans le but de perpétuer les préventions matinales que nous avions fait pendant la mission. Nous leur avons remis un cahier de prévention dans lequel nous détaillions tous les thèmes présentés.

Les après-midis nous ont permis de distribuer aux enfants togolais les différents jeux offerts généreusement par les enfants de l’école de Saint Seurin. Ces derniers avaient également élaboré une liste de questions à poser aux enfants du village. Ainsi, nous avons pu filmer les réponses des togolais que nous avons ensuite retransmises aux écoliers français à notre retour. Nous avons également disputé quelques matchs de foot contre les villageois.

Nous avons également pu nous initier au djembé, et découvrir différentes autres facettes de la culture togolaise telles que les danses traditionnelles.

• Soir : réunion avec rapport journalier, suivi d’un temps libre avec l’équipe.

Nous travaillions tous les jours de la semaine sauf le dimanche qui était dédié au repos ou au tourisme. Ainsi, l’équipe de la première mission a pu profiter d’un moment de détente à la cascade de Tomegbé. Quant à l’équipe de la deuxième mission, celle-ci a pu découvrir une distillerie locale de vin de palme et visiter le village de Kpalimé avec notamment son centre artisanal.

PROJET CHIRURGIE

Cette année, une des grandes évolutions du projet Tog’ether a été la réalisation d’opérations chirurgicales. Celles-ci ont été réalisées dans un centre de soins mis à notre disposition dans le village de Tohoun durant 3 jours. L’équipe chirurgicale était constituée de chirurgiens togolais (dont un chirurgien pédiatrique) accompagnés de leur assistants de bloc.

La sélection des cas à opérer s’est effectuée au niveau de plusieurs villages, et a été menée par des membres des 2 associations française et togolaise 3 jours avant le début des opérations.

Au final, ce projet a permis l’opération de 54 patients, principalement pour des hernies inguinales, inguino-scrotales et des prolapsus.